June 22, 2021

Pourquoi n'y a-t-il pas de saison creuse en sport ?

  • Tous les entraînements et compétitions peuvent être répartis en modules ou en cycles.
  • L'entraînement doit toujours être axé sur la qualité et la surcharge progressive.
  • Des périodes de « repos » devraient être consacrées à l'entraînement des capacités et des qualités motrices sous-développées.
  • Toutes les capacités motrices et les qualités physiques, lorsqu'elles sont entraînées, ont un effet résiduel sur l'entraînement.

Les athlètes professionnels ont l'habitude de s'entraîner en cycle. Pour certains, un cycle d'entraînement peut durer jusqu'à 4 ans, jusqu'aux Jeux Olympiques. Pour d'autres, il peut s'agir de modules de trois mois, ce qui correspond à la saison de compétition. Nous décomposons les cycles d'entraînement en mésocycles et microcycles pour nous aider dans la périodisation de l'entraînement. Comme nous le savons grâce à la physique et à la troisième règle de Newton, pour chaque action, il y a une réaction égale et opposée, et après chaque compétition, il y a une période de récupération ou de repos.

Les manuels de récupération et de périodisation nous apprennent que l'intersaison est essentielle pour que les athlètes puissent se ressourcer avant de s'exposer à un autre cycle d'entraînement afin de s'adapter au maximum et d'augmenter leurs performances. Mais qu'est-ce que cela signifie ? Les athlètes professionnels ou amateurs devraient-ils (et le font-ils ?) se contenter de lever le pied après la fin de leur saison et se prélasser au bord de la piscine, en s'offrant d'innombrables massages ? Est-ce le moment de faire de la randonnée, de la méditation et de l'aromathérapie ? Oui et non.  

Ces outils et stratégies de récupération devraient déjà faire partie de votre programme en cours de saison, ou pour les athlètes amateurs, ils devraient faire partie de votre routine, une façon de stimuler le système nerveux parasympathique qui contrebalance notre réaction de « combat ou fuite » lorsque nous nous engageons dans un entraînement intensif.

Ce que nous devons intégrer dans notre entraînement, c'est l'utilisation de modules d'entraînement (ou cycles, périodes…) lorsque nous mettons l'accent sur une compétence, voire deux maximum (si elle ne sont pas contradictoires), ou qualité physique particulière. Cela signifie que nous devrions utiliser l'intersaison pour nous entraîner sur des qualités qui seront utiles pendant la période de compétition mais sur lesquelles nous n'avons pas le temps de nous concentrer pendant la saison ou pour les athlètes amateurs lorsque nous pratiquons régulièrement nos sports ou activités préférés. Cela peut impliquer de travailler sur votre mobilité, votre agilité, la qualité de vos mouvements ou votre force, quelque chose que vous estimez manquer dans votre répertoire. Cependant, lorsque nous travaillons sur une compétence ou une qualité particulière, même hors saison, nous devons toujours appliquer les règles de base de l'entraînement : qualité et surcharge progressive. Cela signifie que si nous travaillons sur la mobilité, il devrait y avoir une progression mesurable de notre amplitude de mouvement à travers les articulations et une progression des mouvements que nous effectuons. Si nous nous entraînons pour gagner en force, nous devrions augmenter le volume et/ou l'intensité. Les athlètes professionnels et amateurs craignent souvent qu'en se concentrant sur une qualité, ils en perdent une autre. Cependant, il est important de noter que toutes les qualités physiques ont ce qu'on appelle un effet résiduel d'entraînement (RTE).

Dans son travail approfondi sur la périodisation selon sa méthode triphasique, Cal Dietz donne un excellent aperçu du temps pendant lequel nous conservons réellement nos différentes capacités motrices, même lorsque nous cessons de les travailler. Ce qui peut être intéressant pour les athlètes de force et d'endurance, c'est que la force maximale et l'endurance aérobie ont un RTE de 30 +/- 5 jours. Ce n'est qu'à ce moment-là que ces qualités accumulées commencent à se détériorer. Cela signifie que nous pourrions prendre un mois de congé de notre protocole d'entraînement de renforcement (après avoir terminé un module ou un programme) et travailler sur la mobilité, puis revenir à notre entraînement au même niveau de force, avec l'avantage supplémentaire du travail de mobilité que nous avons entrepris pendant ce mois ! C'est cool, non ?